HOMMAGES


 

texte de Maxime Saury Jean-claude NAUDE

Yves legrand-HommageFuneraire


 

JCNetCountbasie555ce451e76a2.jpg

Dédicace de Count Basie


 

De Martine GICQUEAU, sa compagne :

Jean-Claude était un homme tellement merveilleux, un être d’exception. Que de talent, de culture, de droiture, d’humour, de simplicité et de gentillesse avec un gros cœur rempli d’amour et de profonde amitié. Il était “magique”. Ma vie à son côté n’était que du bonheur, nous étions vraiment heureux ensemble. Il me manque cruellement et mon bonheur est parti avec lui. Malgré sa maladie il supportait sans jamais se plaindre tous les traitements si épuisants et difficiles. Il avait envie de vivre… Il a toujours espéré, moi aussi. A tous ses amis il disait: “Claude François et ses Claudettes”, “Jean-Claude Naude et ses Nodules” et lorsqu’il a vu le résultat de ses dernières prises de sang il se disait un très mauvais danseur de plaquettes. Jean-Claude était un grand homme, un grand musicien et si humble. Il me parlait souvent de sa carrière et des musiciens avec qui il partageait des moments si forts. Il était très fier d’eux et les aimait beaucoup.

Martine


 

De Fabrice Eulry :  Compositeur-pianiste

Fabrice Eulry

ELOGE FUNÈBRE D’UN GRAND MUSICIEN

 La disparition de Jean-Claude Naudedébut 2008, fut douloureuse, et la cérémonie pesante comme les épreuves qui jusqu’au bout, marquèrent sa vie. Officier à l’harmonium de l’église de Chalo St Mars avec Francis Darizcuren improvisant au violon, m’offrit un des seuls moments de répit dans cet accablement. Il y en eu un autre, lorsque le batteur et compagnon de route de Jean-Claude Naude, Yves Legrand, prononça le discours que je vous livre intégralement, car au-delà de l’éloge, il nous restitue la condition d’un grand musicien français à travers la deuxième moitié du XXème siècle. F.E.

 

 

– De ton premier concert de Jazz avec ton Big Band façon Count Basie. En public et enregistré par l’ORTF.

 

– Du premier disque de ton Big Band, titré: « Enfin ». 

Uniquement des compositions signées et orchestrées par toi. Avec en prime, des séances de studio inoubliables.

 

 

– De ta première émission télévisée avec le Big Band, pour Jean Christophe Averty.

– De ta première participation, avec ce même Big Band, au Festival de Jazz d’Antibes. Un fabuleux coup de poing dans le Jazz français, comme l’avaient écrit certains journalistes.

Jean-Claude NAUDE à la trompette avec son grand orchestre à Antibes en 1967 (excellente photo de Dominique Wolf). Remarquons l’absence de sonorisation (les micros que vous voyez sont là pour enregistrer) et donc l’absence de retours et autres prothèses : ce n’est pas de la musique de bidons, il faut jouer pour de bon ! Autre remarque : Jean-Claude NAUDE n’a pas mis ses initiales sur chaque pupitre, mais a eu la générosité et la patience, d’afficher le nom de chaque musicien, à la main, devant chacun, c’est la première fois que je vois un chef d’orchestre faire ça ![NDFE] Yves Legrand est à la batterie en arrière-plan : je lui laisse de nouveau la parole :

 

Special blend (1971) un disque du fameux orchestre de Jean-Claude Naude . Ce n’est pas faute de l’avoir aimé, comme l’indique le premier titre, mais c’est hors de France que la réputation de ce grand orchestre a le plus fait des siennes.

jeanclaudenaudespecialblend.jpg01 – Allez France
02 – Stick
03 – Pas de loup
04 – Blue Frog
05 – En voiture Gilberte
06 – Un canard laque
07 – Special Blend
08 – Flute en chantier
09 – Rainy Day
10 – Quarte en quarte

 

 

A 017Peu nous importait alors que nos vies tanguent ou se disloquent. La musique nous prodiguait argent, succès et notoriété. Toi tu passais de ton obscure chambre d’écriture à l’aveuglante clarté des projecteurs, avec l’aisance d’un Dieu Hadès mâtiné de Vulcain. Moi je réitérais les exploits d’Ulysse, visitant maints pays, vivant des aventures pittoresques et des rencontres improbables.

 

 

Comme tout semblait aller de soi durant ces années-là.

Le disque New-Orleans forever du Septet de Jean-Claude Naude.

 

 

 

 

 

 

.Certes, mais avec des mains trapues qui savent toujours où elles vont, au service d’une harmonisation impeccable, la reconversion fut exemplaire. [NDFE].

 

– Une oeuvre de 16 minutes composée par Jean-Claude Naude est visionnable sur la chaîne dailymotion : « Tell me a Jazz Story » ( vidéo du concert d’automne de l’Harmonie Nautique avec le Geneva Brass Quintet Victoria Hall à Genève, Suisse, le 29 novembre 2009). La vidéo est barbante (caméras fixes), et la prise de son est manifestement celle des caméras, mais merci aux élégants collègues genevois de leur travail, qui rend bien compte de l’écriture corsée du maître qui savait faire sonner les cuivres !

En ouvrant le site , c’est Jean-Claude Naude http://www.jeanclaude-naude.fr/   lui-même que l’on entend dans Plein coeur, une de ses délicieuses compositions, et là, si vous voulez entendre un son de trompette qui vous fasse frissonner… F.E.

Jean Claude NAUDE & Lennie TRISTANO & TEDDY WILSON TRIO – Paris Jazz Festival 1965 un document historique imprégné de l’intensité du direct au cœur des années 1960 :

 

 

Fabrice Eulry http://www.fabriceeulry.com


 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *